logo

 



L'expérimentation 4/1000 un cas uniquement et exemplaire en Région PACA !

Pourquoi stocker plus de carbone dans nos sols ? . Un taux de croissance annuel de 0,4% des stocks de carbone du sol, ou 4‰ par an, dans les premiers 30 à 40 cm de sol, réduirait de manière significative dans l'atmosphère la concentration de CO2 liée aux activités humaines.


Ce taux de croissance n’est pas une cible normative pour chaque pays, mais vise à illustrer qu'une augmentation, même infime, du stock de carbone des sols agricoles (y compris les prairies et pâtures) et forestiers est un levier majeur pour améliorer la fertilité des sols et la production agricole et participer au respect de l’objectif de long terme de limiter la hausse des températures à + 2°C, seuil au-delà duquel les conséquences induites par le changement climatique seraient d'une ampleur significative, d’après le GIEC.



L’agriculture contribue à la lutte contre les changements climatiques

Les activités humaines émettent d’énormes quantités de gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère, ce qui renforce l’effet de serre et accélère le changement climatique. Chaque année, 30% de ce gaz carbonique (CO2) est récupéré par les plantes grâce à la photosynthèse. Ensuite lorsque les plantes meurent et se décomposent, les organismes vivants du sol, tels que les bactéries, champignons ou vers de terre, les transforment en matière organique. Cette matière organique riche en carbone, est essentielle à l’alimentation des hommes car elle retient l’eau, l’azote, et le phosphore, indispensables à la croissance des plantes.

Si ce niveau de carbone augmentait de 0,4%, soit 4 tous les ans dans les premiers 30 à 40 cm de sol, l'augmentation annuelle de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère serait réduite. C’est ce que propose l’Initiative "4 pour 1 000", les sols pour la sécurité alimentaire et le climat.

Les sols qui contiennent le plus de carbone c’est-à-dire de matière organique, sont les plus fertiles. L’initiative est ainsi favorable à l’environnement comme à l’agriculture et à la sécurité alimentaire mondiale. L’initiative internationale « 4 pour 1000, les sols pour la sécurité alimentaire et le climat » vise à la fois à atténuer le changement climatique en séquestrant du carbone atmosphérique dans les sols, et à améliorer leur fertilité ainsi que la capacité des agroécosystèmes à s’adapter au changement climatique.



Comment s'y prendre

Des mesures politiques doivent être mises en place pour à la fois réduire la déforestation et encourager les pratiques agro-écologiques qui augmentent la quantité de matière organique dans les sols et répondent à l’objectif de 4‰ par an. Il s’agit par exemple de ne pas laisser un sol à nu, et moins travailler le sol, pour limiter les pertes de carbone. En effet, plus on couvre les sols, plus les sols sont riches en matière organique, et donc en carbone. Il s'agit également de nourrir les sols de fumier et de compost, de restaurer les cultures, les pâturages, les forêts dégradés, les zones arides et semi arides de notre planète mais aussi de planter des arbres et des légumineuses par exemple (qui fixent en plus l’azote contenu dans l’atmosphère dans les sols, en favorisant la croissance foliaire des plantes).

C’est dans ce cadre que s’inscrit l’expérimentation menée par l’iRAEE sur 6 parcelles agricoles de Provence-Alpes-Côte d’Azur (dont un centre équestre et une parcelle d’établissement de l’enseignement agricole). A partir de 2019, les 6 agriculteurs seront accompagnés par les conseillers de l’iRAEE pour mettre en oeuvre des pratiques agricoles favorables au stockage du carbone dans les sols et compatibles avec l’agroécologie, la biodiversité... telles que l’enherbement en viticulture, intégration de prairies temporaires dans la rotation, l’implantation de haies, etc.



Contactez-nous

Vous souhaitez mener une action

pour améliorer la qualité de votre sol ?