logo
Biodiversité des sols et flux de Carbone

Dernières publications


 
Economies d’énergies et GES / Ressources
Biodiversité de sols en cours de restauration lors de leur mise en jachère : des interactions plus fortes entre organismes, un flux plus important de carbone vers le sol. http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/biodiversite-sols-restauration-jachere Da ...
Lire la suite
Livret de références sur le pâturage en vergers
Livret de références sur le pâturage en vergers

Dernières publications


 
Arboriculture / Elevage laitier / Elevage viande / Filières / Ressources
L’introduction d’animaux dans les cultures pérennes Elle peut être considérée comme une approche innovante moderne ou comme une remise à la mode de pratiques ancestrales. L’association élevage et cultures pérennes existe depuis le moyen-âge dans ce que l’ ...
Lire la suite
Suivi des consommations de chambre froide, tout ce qu’il faut savoir…
Suivi des consommations de chambre froide, tout ce qu'il faut savoir...

Dernières publications


 
Arboriculture / Bâtiments et éco-construction / Economies d’énergies et GES / Le diagnostic énergétique / Maraîchage / Outils de diagnostics
A destination des conseillers agricoles, un suivi technique et rigoureux a été mis en place afin de mesurer l’impact concernant la consommation énergétique des chambres froides. Le protocole permet la visualisation d’échelle de variation de consommation, d ...
Lire la suite
Que faire des sarments de vigne ?
Que faire des sarments de vigne ?

Dernières publications


 
Economies d’énergies et GES / Qualité de l'air / Viticulture
Brûlage ? Broyage ? Compostage ? Selon les secteurs géographiques et en fonction des modalités de taille (pré-taillage ou pas), les sarments de vigne font encore parfois l’objet de brûlage en Provence Alpes Côte d’Azur. Les attaques de Blackrot constatées ...
Lire la suite
L’autonomie en sites isolés
L’autonomie en sites isolés

Dernières publications


 
Aides financières / Economies d’énergies et GES / Elevage laitier / Energies renouvelables / Grandes cultures / Maraîchage / Ressources / Thématiques
Améliorer les performances énergétiques des exploitations agricoles. Certains producteurs s’installent sur des sites isolés, sur lesquels il est souvent impossible de réaliser un raccordement au réseau électrique, du fait d’un coût trop élevé. La mise en ...
Lire la suite
EXPERTIRRIG : pour apprendre à mieux gérer les ressources
EXPERTIRRIG : pour apprendre à mieux gérer les ressources

Dernières publications


 
Arboriculture / Energies renouvelables / Maraîchage
L’ardepi (association régionale pour la maîtrise des irrigations) mène un projet européen pour évaluer les possibilités d’optimisation énergétique et hydraulique des réseaux d’irrigation individuels.   L’irrigation est un facteur de sécurisation de l ...
Lire la suite
L’initiative 4 pour 1000
L’initiative 4 pour 1000

Dernières publications


 
Economies d’énergies et GES / Energies renouvelables / Ressources
Le changement climatique représente un enjeu majeur pour le secteur agricole D’une part, l’agriculture sera impactée par le changement climatique et d’autre part, l’agriculture a un rôle important pour la lutte contre le changement climatique. Tous ces en ...
Lire la suite
Petits matériels électriques utilisables en agriculture
Petits matériels électriques utilisables en agriculture

Dernières publications


 
Economies d’énergies et GES / Energies renouvelables / Ressources
Les motorisations alternatives sur une exploitation Farmer in field using digital tablet Cette fiche technique a pour objectif d’informer sur les motorisations alternatives concernant les petits matériels et les véhicules utilisés très souvent dans les exp ...
Lire la suite

Le lombricompostage est la transformation d’un fumier en amendement organique par l’action des vers composteurs introduits.

Processus du lombricompostage pour le fumier équin

La première étape consiste en un précompostage. Pendant cette phase de 3 semaines, le fumier est stocké en tas et réalise la phase thermophile du compostage : il y a destruction des germes pathogènes, désodorisation du fumier et réduction partielle du volume (environ 25%). Dans les cas de fumiers trop pailleux, il peut y avoir une étape de broyage. Quoiqu’il en soit, il y aura une étape d’humidification si le fumier est trop sec, c’est-à-dire à moins de 60% d’humidité.

migration fumier equinIl y a ensuite deux techniques pour l’inoculation des vers que sont la migration verticale et la migration horizontale. Les deux systèmes sont basés sur la reproduction des vers et sur leur attrait vers les zones riches en matières organiques pour aider leur reproduction. La technique de la migration horizontale demande moins d’infrastructures que celle de la migration verticale. lombricompostage pour fumier equinDans les deux cas, il n’y a pas de retournement d’andain contrairement au compostage classique. Le fumier est composté après trois mois et peut être récupéré grâce à un tamiseur.

Matériel utilisé

On distingue deux types de vers que sont :

  • Les vers de fumier, Eisenia fetida, qui sont rouges tigres et qui apprécient d’autant plus la matière organique en décomposition
  • Les vers de  Californie, Eisenia foetidia andrei, qui sont rouges vifs et qui préfèrent la matière fraiche

Seul un chargeur est réellement nécessaire pour le lombricompostage mais certaines exploitations peuvent aussi utiliser un broyeur, des tunnels…

 

Figure : Eisenia foetidia (gauche) et Eisenia andrei (droite) (source : http://www.vermicomposters.com)

Technique du lombricompostage

Il faut bénéficier d’un produit homogène et suffisamment aéré, avec un taux d’humidité suffisant. Il est à savoir que le taux d’humidité optimal est situé entre 60 et 70%. Le lombricompostage se pratique ensuite comme du compostage en andain mais sans retournement. Il faut alimenter les andains en surface (cas de la migration verticale) ou sur le côté (cas de la migration horizontale) assez régulièrement afin de nourrir en matière organique fraiche les vers. Enfin, il faut couper les andains afin de séparer lombricompost d’une part, et verts d’autres parts pour un nouvel « ensemencement ». Le compostage est idéal d’avril à octobre, il peut cependant se faire en été à condition que le fumier soit arrosé souvent mais sera ralenti à la saison froide, le métabolisme des vers étant lui-même ralenti dans ces conditions.

  • exemple d’investissement pour 500 T en temps et en argent

Le coût d’une installation de lombricompostage est très variable en fonction de la méthode utilisée (migration verticale ou horizontale), du matériel possédé (chargeur, fumière..) et du fournisseur. Pour 500 T, on peut estimer entre 1000 à 5000 euros l’investissement juste pour l’approvisionnement en vers.

L’investissement matériel peut être conséquent, mais seul un chargeur (ou équivalent) est nécessaire et  certains centres équestres en sont déjà équipés pour un autre usage.

Type de Matériel Prix (ordre de grandeur) Utilité
Tracteur à godet – Chargeur – Télescopique 10 000 € à 100 000 € Mettre en tas, peut servir à andainer aussi
FACULTATIF Fumière 7 000 € Stocker le fumier si pas de stockage au champ possible
Broyeur 3 000 € Broyer si fumier trop pailleux
Système d’irrigation 15 000 € Humidifier le fumier si trop sec
Tunnel 70 000 € Protéger des intempéries
Embouteilleuse Étiqueteuse 10 000 € Ensachage et commercialisation

La lombriculture présente aussi l’avantage de ne solliciter que peu de temps aux exploitants. Ceux qui l’ont testée estiment à 2h tous les deux mois le temps total passé à gérer le fumier.

Produit initial, intermédiaire et produit final

tas de fumier initial

fumier en voiede compostage

lombricompost

En termes de produit initial, les fumiers pailleux et copeaux peuvent être tous deux lombricompostés. Le copeau présente l’avantage d’être plus absorbant et de retenir ainsi mieux l’humidité que la paille, mais il a l’inconvénient d’être plus long à composter. En tous les cas, le fumier initial ne doit pas être trop compact (pressé par le tractopelle dans la benne) ni trop sec.

Figure : Valeurs agronomiques du lombricompost de fumier de cheval (valeurs en g/kg) sur deux sites de PACA

Le lombricompost de fumier de cheval est un produit très demandé en agronomie surtout chez les particuliers. Les données sont relativement rares et fluctuent beaucoup selon les sources mais il s’agit globalement d’un bon amendement. Le rapport C/N est de l’ordre de 12, ce qui témoigne d’un produit relativement équilibré. les prix de vente observé fluctuent entre 150€ et 1000 €/T selon la qualité de la finition,les quantité et le mode de conditionnement (le vrac étant le moins cher).

 

CONTACTS de vendeur de vers en PACA (liste non exhaustive merci de nous contacter si vous souhaitez y apparaître)

M. Gérard  CHAUBEAU, SARL Chaubs, g.chaubeau@chaubs.eu , 0603310554 – Velleron (84)

M. Vincent DESBOIS, Ferme lombricole de Cabriès (13), 06 17 33 20 33

M. Jean-Luc PIERSON, BIOVARE, biovare@orange.fr , 0781122728 les Pennes-Mirabeau (13)

M. Thomas FIASCHI, BIO TOP , thomasfiaschi@yahoo.fr, 06 32 58 30 69 – Limans (04)

Jérome Damiens

Chargé de mission développement de la filière équineFormé au logiciel DIALECTE et à DIA’TERRE en 2011 afin de mieux comprendre les enjeux énergétiques et de diagnostiquer des fermes et réaliser des plans d’actions dans le cadre du programme AGIR+, il est en outre agréé diagnostiqueur par la DDT des Alpes-Maritimes et est habilité à la réalisation de Diagnostics Plan de Performance Energétique en 2012. Il peut apporter à l’IRAEE ses connaissances sur les spécificités de la filière équine.

Téléphone : Email : Site web :