logo

Exploitation agricole d’AIX-VALABRE

Le domaine de Valabre, un outil pédagogique, expérimental et de production: exploitation en grandes cultures et viticulture 

Caractéristiques de l’exploitation

Exploitation en zone peri-urbaine :   Domaine agricole, centre constitutif de l’EPLEFPA d’Aix Valabre Marseille comprenant des terres cultivables dédiées aux grandes cultures, vignoble, arboriculture, 184ha de forêts (cogérées avec la ville de Gardanne) et 1010ha d’alpages. dans les Alpes de  Haute Provence (loués à 3 éleveurs ovins pour leur transhumance).

Des expérimentations sont conduites sur les grandes cultures et sur le vignoble, dans le cadre d’un Groupement d’Intérêt Scientifique « Grandes Cultures Valabre » regroupant plusieurs organismes partenaires.

SAU et Assolement : SAU diversifiée d’environ 70ha avec un assolement sur 63.85ha en 2016

Le parcellaire est dispersé avec une surface moyenne de parcelle de 1.7 ha

3 ateliers de production :

-Grandes cultures :53.7ha avec 26.51ha de blé dur, 10,11ha de colza, 3.91ha de maïs grain, 3.07ha de soja, 5.5ha de pois chiche, 4.6 ha de sorgho grain

-Viticulture :8,15 ha en production , appellations IGP des Bouches du Rhône en Rouge, rosé et Blanc et AOP Côtes de Provence en Rouge et Rosé sur 1.8 ha.

-Vergers : 2 ha (1.5  ha d’oliviers*1, 0.5 ha de pommiers)

Signe de qualité : Certification « agriculture raisonnée » pour les grandes cultures, Inscrit dans la démarche de qualité « Nutrition Méditerranéenne », l’exploitation s’est engagée depuis mai 2007 sous le cahier des charges « Agriculture Biologique » pour la vigne, les oliviers*1  et les pommiers sous contrôle d’ECOCERT France

*1 : arrêt de la location de la parcelle d’oliviers de Beaurecueil en 2017

Pourquoi réaliser un diagnostic énergétique ?

Le diagnostic est réalisé dans le cadre des formations, en particulier en BTS APV, dans .le cadre de travaux sur la durabilité des exploitations.

Etats des lieux – Le diagnostic

Répartition des énergies consommées : 1293 Gj/an soit 18476 MJ/ha, dont énergie directe : 47%, 628.32GJ/an et énergie indirecte : 53%, 702,71GJ/an

Fioul , gasoil, essence: premier poste de consommation énergétique de l’exploitation, le fioul représente 31% de la part énergétique. La consommation à l’hectare est de 86l (comparaison : Labour: 100 l/ha ; Travail simplifié: 75 l/ha ; Semis direct: 50 l/ha)

Engrais :

L’engrais représente 21% de la consommation d’énergie. Cette consommation est due aux besoins des grandes cultures et en particuliers du blé dont la fertilisation est pratiquée avec des engrais azotés nécessitant de grande quantité d’énergie lors de leur production.

Un des critères de qualité du Blé dur est sa teneur en protéine qui doit être supérieure ou égale à 14 %. L’alimentation de la plante en azote doit donc permettre l’atteinte de ce taux de protéines

Matériels  : Le parc de matériel est important au regard de la taille de l’exploitation avec une vocation de démonstration pédagogique

Produits phytosanitaires, semences: Les autres énergies indirectes à savoir les produits phytosanitaires et les semences représentent 15% de la consommation énergétique.

Energie des tiers pour irrigation : 9%, eau issue du réseau sous pression de la société du canal de Provence.

 Electricité : 5%

fiche Valabre-jediagnostiquemaferme

Francoise Degache
Chargé de mission Agriculture Durable-Développement Référente «enseigner à produire autrement»Françoise est professeur certifié de l’enseignement agricole en biologie-écologie. Dans différentes formations, elle a participé à de nombreux travaux pédagogiques mettant en relation les problématiques environnementales et les pratiques agricoles. Formée aux diagnostics DIA’TERRE et DIALECTE, et à l’AGRO-ECOLOGIE, elle accompagne les établissements et leur exploitation vers la transition agro-écologique.
Téléphone : Email : Site web :