logo
Biodiversité des sols et flux de Carbone

Dernières publications


 
Economies d’énergies et GES / Ressources
Biodiversité de sols en cours de restauration lors de leur mise en jachère : des interactions plus fortes entre organismes, un flux plus important de carbone vers le sol. http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/biodiversite-sols-restauration-jachere Da ...
Lire la suite
Livret de références sur le pâturage en vergers
Livret de références sur le pâturage en vergers

Dernières publications


 
Arboriculture / Elevage laitier / Elevage viande / Filières / Ressources
L’introduction d’animaux dans les cultures pérennes Elle peut être considérée comme une approche innovante moderne ou comme une remise à la mode de pratiques ancestrales. L’association élevage et cultures pérennes existe depuis le moyen-âge dans ce que l’ ...
Lire la suite
Suivi des consommations de chambre froide, tout ce qu’il faut savoir…
Suivi des consommations de chambre froide, tout ce qu'il faut savoir...

Dernières publications


 
Arboriculture / Bâtiments et éco-construction / Economies d’énergies et GES / Le diagnostic énergétique / Maraîchage / Outils de diagnostics
A destination des conseillers agricoles, un suivi technique et rigoureux a été mis en place afin de mesurer l’impact concernant la consommation énergétique des chambres froides. Le protocole permet la visualisation d’échelle de variation de consommation, d ...
Lire la suite
Que faire des sarments de vigne ?
Que faire des sarments de vigne ?

Dernières publications


 
Economies d’énergies et GES / Qualité de l'air / Viticulture
Brûlage ? Broyage ? Compostage ? Selon les secteurs géographiques et en fonction des modalités de taille (pré-taillage ou pas), les sarments de vigne font encore parfois l’objet de brûlage en Provence Alpes Côte d’Azur. Les attaques de Blackrot constatées ...
Lire la suite
L’autonomie en sites isolés
L’autonomie en sites isolés

Dernières publications


 
Aides financières / Economies d’énergies et GES / Elevage laitier / Energies renouvelables / Grandes cultures / Maraîchage / Ressources / Thématiques
Améliorer les performances énergétiques des exploitations agricoles. Certains producteurs s’installent sur des sites isolés, sur lesquels il est souvent impossible de réaliser un raccordement au réseau électrique, du fait d’un coût trop élevé. La mise en ...
Lire la suite
EXPERTIRRIG : pour apprendre à mieux gérer les ressources
EXPERTIRRIG : pour apprendre à mieux gérer les ressources

Dernières publications


 
Arboriculture / Energies renouvelables / Maraîchage
L’ardepi (association régionale pour la maîtrise des irrigations) mène un projet européen pour évaluer les possibilités d’optimisation énergétique et hydraulique des réseaux d’irrigation individuels.   L’irrigation est un facteur de sécurisation de l ...
Lire la suite
L’initiative 4 pour 1000
L’initiative 4 pour 1000

Dernières publications


 
Economies d’énergies et GES / Energies renouvelables / Ressources
Le changement climatique représente un enjeu majeur pour le secteur agricole D’une part, l’agriculture sera impactée par le changement climatique et d’autre part, l’agriculture a un rôle important pour la lutte contre le changement climatique. Tous ces en ...
Lire la suite
Petits matériels électriques utilisables en agriculture
Petits matériels électriques utilisables en agriculture

Dernières publications


 
Economies d’énergies et GES / Energies renouvelables / Ressources
Les motorisations alternatives sur une exploitation Farmer in field using digital tablet Cette fiche technique a pour objectif d’informer sur les motorisations alternatives concernant les petits matériels et les véhicules utilisés très souvent dans les exp ...
Lire la suite

Le 24 avril 2017 Laurent Garde, écologue du CERPAM donnait une journéeparcours de formation, aux éleveurs équins aux écuries d’Aurabelle sur la gestion des parcours par les chevaux en complément de la journée sur la gestion des prairies. En voici résumé quelques idées phares.

Fondamentaux du parcours :

Tout d’abord, pour une consommation la plus complète possible du plateau herbacé pérenne, il est nécessaire de :

  • Limiter la durée de pâturage. Cela qui permet d’éviter d’insister sur les végétation fragiles/sensibles, sur les reliefs non fixateurs du pâturage pour obtenir un prélèvement souhaitable sur l’herbe. Cette durée sera au grand maximum de 2 mois de pâturage.

    Un parcours doit pouvoir récupérer du « stress » représenté par le pâturage. Pour cela, la durée de chaque utilisation ne doit pas être trop prolongée. Par exemple : en parc, 1-2 semaines en plein printemps, 2-3 semaines en fin de printemps, 3-6 semaines en pâturage voire 2 mois d’arrière-saison ou de contre-saison sur milieux adaptés.

  • un passage par an au maximum dans un parc. Si la règle la plus générale est d’assurer ce pâturage complet une fois par an, il suffit dans les milieux peu productifs de ne le réaliser que 2 années sur 3 ou 1 année sur 2. Cela permet aussi de s’adapter aux aléas climatiques.
  • Mettre les animaux en parcours avec un fort chargement instantané. Cela évite le phénomène de tri des animaux et maximise ainsi la valorisation du parcours.

Un chargement fort et un temps de présence court ont des effets positifs pour obtenir les repousses souhaitable sur l’herbe.

Il faut éviter un temps de pâturage long, même avec un chargement faible. En effet, le tri effectué par les animaux va avoir comme conséquences d’épuiser les espèces végétales les plus intéressantes.

Calculer son chargement :

Le chargement instantané se calcule de la façon suivante :

Chargement instantané = Nombre d’animaux/ ha à un instant t

Exemple : 50 chevaux dans un parc de 100 ha

→ Chargement instantané =50/100 = 0,5 chevaux/ ha

Chargement total = Nombre d’animaux/ ha pendant un temps déterminé = nombre de repas/ ha

Exemple : 50 chevaux dans un parce de 100 ha pendant 7 jours

→ Chargement total = (50*7)/100=3,5j.c.p/ha

Bien que l’on recherche un chargement instantané élevé, il ne doit pas pas dépassé de 1,5 chevaux/ha dans le cas des parcours.

Grille d’évaluation de la pression des pâturages:

L’appréciation du niveau de prélèvement global ou « rabattement » de la strate herbacée en cinq classes est le coeur de la méthode. Il est important de préciser que la grille d’évaluation des niveaux de pâturage est construite pour des niveaux de prélèvement de phytomasse herbacée croissants, sans jugement de valeur sur le « bon » ou « insuffisant » niveau de pâturage.

grille de raclage des parcours

Configurer au mieux les parcs :

  • Éviter d’associer des reliefs trop différents, il est important d’assurer la continuité de la visibilité entre animaux pour maximiser l’efficacité du pâturage.
  • Avoir un parcours hétérogène est un avantage si cela est valable sur toute la surface du parc

La taille des parcs doit être adaptée à la saison, l’effectif, le type de ressources…

chevaux en parcours boisés

Comment habituer les chevaux au parcours:

  • Pour stimuler l’appétit du cheval, on peut distribuer un aliment concentré dans le parc.
  • Il est important que l’abreuvement soit suffisant.
  • On peut également améliorer le parc avec des pierres à sel, cela créer un rôle attractif et permet d’envoyer le troupeau dans des zones difficiles au gardiennage.

Avant tout favoriser l’apprentissage :

  • Les chevaux mis en parcours ont besoin « d’apprendre » comment consommer et circuler dans la broussaille
  • Dans un troupeau « aguerri » aux broussailles, les adultes expérimentés transmettent leurs comportements aux jeunes
  • Dans un troupeau habitué à l’herbe un apprentissage est nécessaire avant d’aller en parcours.

Enfin, les éleveurs ont eux aussi besoin d’apprendre ces méthodes.

Jérome Damiens

Chargé de mission développement de la filière équineFormé au logiciel DIALECTE et à DIA’TERRE en 2011 afin de mieux comprendre les enjeux énergétiques et de diagnostiquer des fermes et réaliser des plans d’actions dans le cadre du programme AGIR+, il est en outre agréé diagnostiqueur par la DDT des Alpes-Maritimes et est habilité à la réalisation de Diagnostics Plan de Performance Energétique en 2012. Il peut apporter à l’IRAEE ses connaissances sur les spécificités de la filière équine.

Téléphone : Email : Site web :