logo

L’agroforesterie pour le stockage du carbone

Un rapport d’Avril 2015 sur l’impact de la couverture végétale et de l’agroforesterie sur le stockage du carbone:

L’association française d’agroforesterie, l’association « arbre & paysage » et l’Institut de l’Agriculture Durable (IAD) ont édité un rapport : La couverture végétale des sols et les pratiques agroforestières, au service de territoires productifs et durables, rapport de A. Canet et K. Schreiber sur l’agroforesterie, les couverts végétaux et l’impact sur la séquestration de carbone.

rapport à téléchargerrapport agroforesterie

L’utilisation d’énergie et le stockage du carbone dans les sols, sont des thèmes abordés dans les pages suivantes :
– Mieux valoriser l’énergie solaire, premier carburant de l’agriculture :  p.12
– Carbone et fertilité : l’agriculture au chevet du climat… et du sol qui la porte : p.13
« Sur la base de plusieurs travaux, le rapport en question prévoit que le passage d’une agriculture classique au semis direct sous couvert associé à l’agroforesterie permettrait de séquestrer 144 mégatonnes équivalent CO2 de carbone, soit 160% des émissions agricoles de GES. Plutôt qu’une source de GES, l’agriculture deviendrait donc une solution ! » Romain Loury, Journal de l’Environnement

Françoise est aujourd'hui DGER/animateur réso'them transition agro-écologique de l'enseignement agricole / agriculture biologique-FORMABIO. Elle a été pour l'IRAEE chargée de mission Agriculture Durable-Développement et référente «enseigner à produire autrement». Françoise est professeur certifiée de l’enseignement agricole en biologie-écologie. Dans différentes formations, elle a participé à de nombreux travaux pédagogiques mettant en relation les problématiques environnementales et les pratiques agricoles. Formée aux diagnostics DIA’TERRE et DIALECTE, et à l’AGRO-ECOLOGIE, elle a accompagné les établissements et leur exploitation vers la transition agro-écologique.