logo

Amélioration de la fertilité pour la production maraîchère (Expérimentation 4/1000)

Présentation de la parcelle « maraîchage » sur la ceinture verte d’Avignon

C’est dans le cadre de l’expérimentation 4/1000 menée par l’iRAEE sur 6 parcelles agricoles de Provence-Alpes-Côte d’Azur (dont un centre équestre et une parcelle d’établissement de l’enseignement agricole) qu’est présentée cette parcelle située sur la ceinture verte d’Avignon.

parcelle de maraichage experimentation 4/1000

Photo de la parcelle “La coupe d’or” au moment du prélèvement

Hélène Bertrand a repris cette nouvelle parcelle en friche depuis quelque temps. La surface totale de la parcelle est de 7500 m2, mais l’expérimentation est ciblée sur 2500 m2. La parcelle est semée en engrais vert (seigle-vesce) après sous-solage, avec 1 passage de herse étrille et 2 passages de disque. Le sol est constitué de limons de la Durance, qui ont un potentiel de stockage moins élevé que les sols argileux.

La rotation prévue est d’une culture par an intercalée d’engrais vert. Les couverts intermédiaires devraient être facile à installer car il y a déjà la possibilité d’irriguer (canaux d’irrigation de la ceinture verte) et donc de “mettre un coup d’eau” au démarrage. Les résidus de cultures seront enfouis sur place, ce qui améliorera encore l’apport de MO.

Déroulement des prélèvements

Le manque de pluie et les sols secs au moment des prélèvements ont limités la profondeur de prélèvement entre 20 et 25 cm. Les échantillons ont été récupérés le 4 juin 2019 par carottage à la tarière et envoyés au laboratoire d’analyse dans une glacière.

insertion-paysagere--dans-la-ceinture-verte

Insertion paysagère dans la ceinture verte

Objectifs et résultats attendus

Amélioration de la fertilité pour la production maraîchère (ceinture verte d’Avignon) => enjeux supplémentaire pour la production d’une alimentation locale (autonomie alimentaire du territoire)

Responsable du pôle Agro-environnement, Énergie, Climat. Il intègre Bio de Provence Alpes Côte d'Azur en 1999 comme responsable d’un projet de développement local dans le Parc Naturel Régional du Luberon. Il conduit des programmes sur l’agriculture biologique, l’eau, l’environnement et l’accompagnement à la conversion. Plus récemment, il était responsable du programme régional « AGIR - AGIR+ » sur le thème énergie et agriculture et élaborait des plans d’actions et dossiers de financement individuel pour les producteurs. Il animait et coordonnait le réseau de fermes en route vers l’exemplarité. Aujourd'hui il anime et coordonne des projets en lien avec la transition climatique tant sur la qualité de l'air, que la réduction de l'intensité énergétique ou encore le stockage carbone dans les sols agricoles.

Leave a Reply

*