logo

Autonomie alimentaire des troupeaux

L’autonomie alimentaire

Autonomie alimentaire : parcours sous-bois L’autonomie est le résultat de l’adéquation entre l’offre et la demande dans un contexte donné. L’autonomie alimentaire peut être définie comme la part des aliments produits sur l’exploitation par rapport à ceux consommés par le(s) troupeau(x). Elle peut se calculer sur la ration totale ou bien sur les seules fractions « fourrages » et « concentrés » de la ration. Elle peut aussi être approchée en considérant soit la matière sèche (MS) des aliments ou de la ration totale, soit leur valeur énergétique (exprimée en UFL) ou valeur azotée (en MAT). La consommation des aliments peut être estimée à partir des besoins des animaux.

Source : institut de l’élevage

Pour en savoir plus: conseil prairie et système fourrager,    la luzerne pour améliorer son autonomie alimentaire, Produire économe et autonome,  prairies multi-espèces,  le rami fourrageroptimiser-la-gestion-des-prairies , -mieux-valoriser-dejections-animales,   -optimiser-apports-proteiques

Laëtitia est aujourd’hui chargée d’expérimentations et de missions environnementales (à mi-temps). Elle gère divers partenariats avec les chambres d’agriculture, CTIFL, CRIIAM Sud, IFV et autres structures du monde agricole. Dans le cadre de ses missions, elle participe à de nombreuses actions telles que : la valorisation des déchets de pépinières viticoles, des expérimentations autour de la réduction des intrants, des actions pour le maintien de la biodiversité, la réalisation d’itinéraires techniques en vue de l’élaboration du futur cahier des charges de pépinières viticoles bio, le développement du partenariat du Plan National Dépérissement Vignoble (Grenache/R110), la gestion optimisée de la ressource en eau, la participation au GIEE couverts végétaux et agroforesterie et pédagogie au sein du campus.