logo

démonstration de la CUMA Equicompost Sud Var

La Filière Cheval Sud et AgribioVar organisait le lundi 30 mai 2022 une démonstration sur l’exemple de la CUMA[1] Equicompost Sud Var. Cette coopérative située à La Crau regroupe 5 maraichers, un viticulteur et 2 centres équestres appartenant à la même zone géographique (territoire de La Crau) ayant investi dans du matériel et s’étant engagé à l’utiliser de façon responsable et partagée afin de faciliter le développement de leur activité économique.

Ainsi, le partage de matériel permet de limiter les émissions de gaz à effet de serre liées à la construction des machines ainsi que de permettre aux petites et moyennes exploitations d’avoir accès à du matériel agricole coûteux.

Historique :

Le projet a commencé à émerger en 2018, il s’est finalisé fin 2021. Ainsi, la CUMA s’est constituée en mai 2021 et les coopérateurs ont acheté le matériel en été 2021 et les exploitations ont reçu le matériel en janvier 2022. Il s’agit donc de la première année du projet qui n’est actuellement pas sur un mode de fonctionnement optimal.

D’autres acteurs ont participé, tels que les médias locaux (présence de Var matin), du responsable territorial de la Fédération départementale des CUMA, des salariés de la CA83, et des agriculteurs locaux intéressés pour créer eux aussi leurs CUMA.

Dans ce cas de figure la création de cette CUMA permet de valoriser le fumier équin des établissements équestres et de le réutiliser sur les surfaces agricoles de ses membres. Sa création a pour volonté l’interaction facile de ses membres et la réduction de la pollution atmosphérique (réduction d’ammoniac) et  de gaz à effet de serre. Pour cela, elle s’engage à un fonctionnement responsable et local.

Matériel

En effet, les maraichers valorisent du fumier directement depuis les écuries situées à 1 km et le viticulteur expérimente un compost issu du mélange des 2 fumiers l’un est sur paille et l’autre est du crottin pur.

Le matériel choisi pour une CUMA doit répondre aux besoins de celle-ci, ici les exploitations voulaient du matériel pour valoriser 250 tonnes de fumier / an. Dans le cadre de La Crau, les exploitations ont choisi le matériel suivant :

Matériel Utilisation Photo
Tracteur 50 chevaux

NEUF+ Remorque 6 tonnes

NEUF

Manipulation du fumier frais

Retournement du fumier en cours de compostage

Autres travaux sur les exploitations

Epandeur viticole OCCASION Epandage du fumier composté ou frais
Pelle retro

NEUF

Nettoyage des ruisseaux

Arrachage d’arbres

Autres travaux sur les exploitations

Pelle de charge

NEUF

Charge de la remorque et de l’épandeur

Figure n° : Tableau du matériel disponible dans la CUMA de la Crau – Sources : Personnelle

 

Chaque exploitant est responsable au minimum d’une machine dont il assurera le suivi : la bonne utilisation, le bon entretien ainsi que le temps de sorti de celui-ci sur les exploitations.

coût

Les adhérents de la CUMA se partagent équitablement les coûts d’achat du matériel, les coûts d’entretien, les coûts d’assurance et de fonctionnement. Les parts sociales représentent entre 300 € et 500 €. De plus, chaque année les coopérateurs sont facturés en fonction de leur utilisation du matériel pour assurer les coûts d’entretien et de fonctionnement.

La fédération départementale des CUMA accompagne la création et le fonctionnement des CUMA. L’adhésion au réseau FDCUMA coûte 200 €/an + 1% pour les CUMA au chiffre d’affaires supérieur à 10 000 €. Les frais de création s’élèvent à un peu plus de 1 000 €. En effet, l’achat du matériel agricole peut être accompagné par des aides locales, départementales ou régionales (les aides sont à minima de 20% grâce à des dossiers de subventions plan de relance, PCAE ect).

Figure n° : Tableau de financement de la CUMA de la Crau – Source : Agr’AIR

 

Le tableau précédent a été réalisé au début de la discussion autour de la CUMA. Grâce aux aides obtenues par l’ADEME[3] et par la région Sud [4] ainsi que l’obtention d’un prêt, le budget a augmenté de 29 000€ à environ 40 000€, donnant aux agriculteurs la possibilité d’investir dans plus de matériel

verbatim

75€ par mois et par agriculteur pour la qualité du matériel qu’on a réussi à obtenir avec la CUMA c’est abordable et ça change notre travail »

Aurélien Proneur – Maraicher BIO et acteur de la CUMA de la Crau

« La force de notre association est notre bonne entente, on fonctionne différemment, on n’a pas la même gestion du matériel et du fumier pourtant grâce à notre organisation tout se passe bien »

Pierre Sautou – Vigneron BIO et acteur de la CUMA de la Crau

Les coopérateurs n’ont pas encore fixé la répartition des heures liées à l’utilisation mais la bonne entente au sein du groupe permet aux centres équestres d’être déchargés du poids du fumier et aux agriculteurs d’obtenir de la fertilisation organique locale, BIO et pour un coût restreint.

Le concept a séduit beaucoup d’agriculteurs locaux qui peinent à trouver du matériel en bon état de marche dans leur budget. De leurs côtés, beaucoup de centres équestres qui eux cherchent à évacuer leur fumier à moindre coût. Ainsi, le concept de la CUMA Equicompost Sud Var remplit son rôle auprès de ses acteurs et espère en inspirer d’autres au cours des prochaines années.

 

[1] Société coopérative d’utilisation de matériel agricole

[2] La répartition au départ ne dépend pas de la surface et du temps. Mais un correctif sera mis en place à la fin d’une année de fonctionnement

[3] L’agence de l’environnement et la maitrise de l’Energie a apporté 9299€ pour ce projet

[4] La région a apporté 4500€ pour ce projet

Chargé de mission développement de la filière équineFormé au logiciel DIALECTE et à DIA’TERRE en 2011 afin de mieux comprendre les enjeux énergétiques et de diagnostiquer des fermes et réaliser des plans d’actions dans le cadre du programme AGIR+, il est en outre agréé diagnostiqueur par la DDT des Alpes-Maritimes et est habilité à la réalisation de Diagnostics Plan de Performance Energétique en 2012. Il peut apporter à l’IRAEE ses connaissances sur les spécificités de la filière équine.

Leave a Reply

*