logo

Démonstration d’outils robotiques agricoles

Économie d’énergie sur l’exploitation et simplification du désherbage en maraîchage.

Dans le cadre de l’Inter-réseau Régional Agriculture Energie et Environnement, Bio de Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Chambre d’Agriculture des Bouches-du-Rhône organisait le 10 mai dernier une démonstration d’outils de désherbage mécanique et d’un kit de rechargement solaire. Retour sur cette après-midi.

Le robot de désherbage Oz

Le premier engin qui nous est présenté est un robot de désherbage appelé Oz. D’un poids de 150 Kg, Oz se guide grâce à une combinaison de capteurs laser et de caméras situées au niveau du sol. Il vous assure tout d’abord une assistance pour la récolte, grâce à sa fonction de traction (siège à roulettes ou remorque) ainsi qu’à ses modes Suivi ou Parcours, durant lesquels le robot peut suivre ou précéder l’agriculteur, diminuant ainsi la pénibilité du travail sur les postes lourds ou pénibles.

Mais le mode phare du robot Oz, c’est bien le mode Binage, qui lui permet de parcourir les allées de cultures d’une parcelle de façon autonome et de travailler avec différents outils sur le rang ou l’inter-rang. Attention cependant, le robot n’est pas une tondeuse à gazon ! Il est uniquement prévu pour détruire les petites plantules autour des cultures, grâce à des passages hebdomadaires et autonomes durant tout le cycle de culture. Cela permet ainsi à l’agriculteur de dégager du temps, valorisable alors pour la commercialisation, l’accroissement des surfaces de production ou en temps de confort.

La bineuse électrique de maraîchage Cosi

Le second engin en démonstration, présenté par naïo Technologie, est la bineuse électrique de maraichage Cosi. D’un poids de 80 kg, ses 2 moteurs permettent d’effectuer un désherbage mécanique et un travail du sol superficiel. Son avantage par rapport à un motoculteur classique: pas de bruit, pas de vibration, pas de gaz d’échappement ! D’un cout de 3800€, une partie peut être prise en charge par des aides tout comme le robot Oz.

Auto Konso pour produire facilement de l’électricité

La seconde société présente ce jour-là est AutoKonso, une entreprise spécialiste dans les énergies renouvelables qui développe une gamme de kits solaires au service des particuliers et des entreprises. L’appareil qui nous est présenté cette après-midi est un « Kit site isolé », qui permet de produire de l’électricité sans être raccordé au réseau électrique, afin de recharger ou d’alimenter des appareils électriques tel que la bineuse électrique Cosi du groupe Naïo Technologies par exemple !

Le kit comprend un panneau solaire, une armoire électrique et une ou plusieurs batteries. Fixés face au sud et avec un angle d’inclinaison de 30° à 35° pour optimiser la réception de lumière, les panneaux photovoltaïques  doivent être fixés sur une structure, branchés entre eux puis reliés à l’armoire électrique. L’utilisation d’un appareil électrique se fait alors par simple branchement sur la prise électrique se trouvant à l’extérieur de l’armoire.

D’une durée de production de plus de 25 ans, un panneau solaire rechargera des batteries de plomb en moins de 4 heures, 2 panneaux réduisant bien sûr ce temps de moitié.

Lors de cette journée, les deux entreprises (Naïo technologie et Autokonso) ont pris contact et tissent depuis des liens pour proposer une offre plus complète avec le Robot OZ et la Bineuse Cosi. Ainsi, Naio Technologie devrait proposer à l’avenir un robot autonome en énergie ainsi qu’un kit complet d’outils intégrant la recharge solaire des batteries.

Télécharger le compte rendu complet de cette visite Compte rendu démo Robotique

Responsable du pôle Agro-environnement, Énergie, Climat. Il intègre Bio de Provence Alpes Côte d'Azur en 1999 comme responsable d’un projet de développement local dans le Parc Naturel Régional du Luberon. Il conduit des programmes sur l’agriculture biologique, l’eau, l’environnement et l’accompagnement à la conversion. Plus récemment, il était responsable du programme régional « AGIR - AGIR+ » sur le thème énergie et agriculture et élaborait des plans d’actions et dossiers de financement individuel pour les producteurs. Il animait et coordonnait le réseau de fermes en route vers l’exemplarité. Aujourd'hui il anime et coordonne des projets en lien avec la transition climatique tant sur la qualité de l'air, que la réduction de l'intensité énergétique ou encore le stockage carbone dans les sols agricoles.