logo

Inventaires de cycle de vie et amélioration des pratiques de production

Comment améliorer son empreinte carbonne

Le projet vise à compléter la base de données d’inventaires de cycle de vie des produits agricoles français (AGRIBALYSE de l’ADEME). Il s’agit d’améliorer les itinéraires de production et l’empreinte environnementale de la production des fruits et légumes.

Les principaux modes de production d’une dizaine de fruits et légumes ont été étudiés grâce à l’analyse de cycle de vie. Plusieurs indicateurs environnementaux dont les émissions de GES sont ainsi calculés. Les résultats permettent d’identifier les postes les plus importants sur lesquels il est intéressant d’agir pour améliorer l’empreinte environnementale.

Des solutions d’amélioration sont proposées et évaluées grâce à l’analyse de cycle de vie et ainsi pouvoir mesurer les marges de progrès.

Date et durée du projet : janvier 2015 à décembre 2017

Contact pour le projet : Dominique GRASSELLY

Structure porteuse : Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes, route de Molleges, 13210 Saint Rémy de Provence

Territoire du projet et / ou filière concernée : France / Fruits et légumes

Partenaires opérationnels : ADEME, INRA, AOP

Partenaires financiers : ADEME, CASDAR

Télécharger la fiche projet de « analyse du cycle de vie »

Responsable du pôle Agro-environnement, Énergie, Climat. Il intègre Bio de Provence Alpes Côte d'Azur en 1999 comme responsable d’un projet de développement local dans le Parc Naturel Régional du Luberon. Il conduit des programmes sur l’agriculture biologique, l’eau, l’environnement et l’accompagnement à la conversion. Plus récemment, il était responsable du programme régional « AGIR - AGIR+ » sur le thème énergie et agriculture et élaborait des plans d’actions et dossiers de financement individuel pour les producteurs. Il animait et coordonnait le réseau de fermes en route vers l’exemplarité. Aujourd'hui il anime et coordonne des projets en lien avec la transition climatique tant sur la qualité de l'air, que la réduction de l'intensité énergétique ou encore le stockage carbone dans les sols agricoles.

Leave a Reply

*