logo

Pâturage en vergers, une approche environnementale

Une innovation favorable au climat

Au moment où le réchauffement climatique devient de plus en plus prégnant, quelques arboriculteurs tentent de
mettre en place une innovation permettant de répondre à cette préoccupation.

L’association « élevage et cultures pérennes » existe depuis le moyen-âge dans ce que l’on pourrait assimiler à un mode d’exploitation agro-sylvo-pastorale. Certaines pratiques ont perduré jusqu’à nos jours, comme les prés-vergers en Normandie, les pâturages ponctuels dans les vignes, lavandes et oliveraies en Provence-Alpes-Côte d’Azur ou encore les associations « élevage porcin et châtaignerais » en Corse.

Toutefois réintroduire un élevage ovin, porcin ou des volailles dans un verger intensif moderne relève d’un challenge innovant !

Une réduction des consommations.

« il est possible de réduire jusqu’à 11% les consommations énergétiques totales de l’exploitation »

Dans le cas d’introduction de monogastriques (porcins et volailles) on observe une réduction de 7% des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Ces résultats proviennent d’une enquête et de simulations réalisées auprès de 5 exploitations en agriculture biologique. 

Pour en savoir plus : consulter l’intégralité de la fiche technique « pâturage en vergers »

Responsable du pôle Agro-environnement, Énergie, Climat. Il intègre Bio de Provence Alpes Côte d'Azur en 1999 comme responsable d’un projet de développement local dans le Parc Naturel Régional du Luberon. Il conduit des programmes sur l’agriculture biologique, l’eau, l’environnement et l’accompagnement à la conversion. Plus récemment, il était responsable du programme régional « AGIR - AGIR+ » sur le thème énergie et agriculture et élaborait des plans d’actions et dossiers de financement individuel pour les producteurs. Il animait et coordonnait le réseau de fermes en route vers l’exemplarité. Aujourd'hui il anime et coordonne des projets en lien avec la transition climatique tant sur la qualité de l'air, que la réduction de l'intensité énergétique ou encore le stockage carbone dans les sols agricoles.

Leave a Reply

*