logo

Projet PEPVITIBIO

L’enjeu du projet Pepvitibio est de faire émerger les références techniques et économiques permettant l’application du cahier des charges AB européen pour la production de plants greffé – soudé de vigne.

En effet, le cahier des charges de l’agriculture biologique exige que tout le matériel de reproduction végétal implanté dans une parcelle (plant ou semence), soit bio.

Or, actuellement, pour des raisons techniques, réglementaires et économiques, les pépiniéristes français ne peuvent pas produire et commercialiser de plants de vigne respectueux du cahier des charges européen de l’agriculture biologique.

Le projet Pepvitibio propose d’identifier et de lever les impasses techniques et réglementaires à la réalisation des plants greffés soudés pour apporter des références permettant l’application d’un guide des bonnes pratiques « bio » à la pépinière viticole.

On prospectera la production de greffés-soudés traditionnels ou en pots et la problématique de l’itinéraire de conduite des vignes mères de porte-greffes et de greffons.

Le projet validera et déclinera ce guide des bonnes pratiques, dans différentes situations de production et sous différents climats (Continental, Océanique et Méridional).

Pour les pépiniéristes, les contraintes techniques spécifiques liées à l’application du cahier des charges européen AB en pépinière viticole, se traduiront par des contraintes économiques : le prix du plant ainsi
produit se révélera inévitablement plus coûteux qu’un plant produit traditionnellement.

En conséquence, les implications économiques de ce nouveau mode de production en pépinière viticole seront définies.

A noter que ce guide des bonnes pratiques français de la pépinière viticole AB pourrait être une 1ère étape vers l’élaboration d’un cahier des charges européen pour cette filière.

Le projet Pepvitibio est une démarche mutipartenariale qui permettra de tester les itinéraires techniques
pertinents – compatibles avec le cahier des charges européen de l’AB – dégagés des réflexions communes
avec les partenaires, sur les différents bassins de productions viticoles, en vignes mères, à l’atelier et à la
pépinière. Ces solutions seront testées sur 3 millésimes, les données techniques et économiques collectées seront analysées afin d’évaluer la viabilité réelle des itinéraires envisagés.

Une large diffusion des résultats sera coordonnée via les médias traditionnels agricoles et viticoles, des livrables, des vidéo, des sessions de formations.

LES PARTENAIRES

  • CA Var
  • CA Aude
  • CRA Pays de la Loire
  • CA de Gironde
  • CA des Pyrénées Atlantiques
  • CA du Vaucluse
  • Groupe de recherche en AB, Vaucluse
  • AdaBio, Savoie
  • Lycée agricole de Carpentras
  • Bio en Grand Est, Alsace
  • Bio Nouvelle-Aquitaine, Gironde
  • IFV, pôle matériel végétal, Hérault
  • Pépinière Calmet, Aude
  • Pépinière Hébinger, Alsace
  • Pépinière Guillaume, Bourgogne et Vaucluse
  • Pépinières Gentié, Gironde
  • Pépinière Viaud, Maine et Loire
  • Pépinières Salettes, Pyrénées-Atlantiques
  • Pépinières Bertrand, Gard
  • Pépinière Vial, Vaucluse
  • Pépinière Arrivé, Charente-Maritime
  • Pépinière Raucaz, Savoie
  • INAO
  • DGAL-SRPV
  • FNAB et Itab
  • Institut de formation de Richemont
  • FIBL Frieck

 

LE PROJET PEPVITIBIO

Le projet PepVitiBio s’ organise autour de cinq grandes actions.

Pour chaque action un binôme technicien (Groupement bio et Chambre d’ agriculture) – pépiniériste a été constitué.

• Action 1 : Elaboration des itinéraires techniques à mettre en place à la pépinière viticole dans le cadre
d’ un passage en AB.

• Action 2 : Diffusion des solutions techniques déjà probantes dégagées de l’action 1 et validation après
suivi d’essais en pépinières viticoles des itinéraires techniques envisagées.

• Action 3 : Approche globale en pépinière pour un bilan technico-économique de la mise en place de cette nouvelle filière AB.

• Action 4 : Rédaction du guide des bonnes pratiques de la pépinière viticole AB. Valorisation des résultats et communication des connaissances.

• Action 5 : Animation et coordination du projet.

 

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

Le CASDAR a démarré le 1er octobre 2021 et se terminera le 31 mars 2025.

Communication
Automne 2022 : Retour sur les essais la pépinière : retour sur la gestion des maladies et des adventices.
Hiver 2022 : Retour sur les essais de conduite des vignes mères de porte greffe
Fin hiver 2023 : Webinaire de présentation des résultats 2022 et des perspectives pour 2023.

Comité technique
Automne 2022 : Rencontre de l’ensemble des partenaires du projet chez un des pépiniéristes.

 

EXEMPLES DE PRATIQUES SUIVIES

Voici quelques illustrations d’une partie des essais réalisés et analysés durant le projet en 2022 : 54 essais confirmés à ce jour – 13 juin – par 8 binômes et la CA11.

VIGNE MERE DE PORTE-GREFFE
18 essais (entretien du sol, suivi de la cicadelle de la flavescence dorée, mode de palissage)

  • Système sur table (système déjà présent chez certains pépiniéristes mais qui connaît un regain d’intérêt dans les systèmes sans désherbage chimique.

 

 

 

 

 

 

 

  • Paillage de la vigne mère de porte greffe par épandage d’un broyat des déchets de l’atelier greffage.

 

A LA PEPINIERE

18 essais (entretien du sol, suivi de la cicadelle de la flavescence dorée, mode de palissage)

  • Entretien du sol :
    ◦ Réalisation de plusieurs faux semis avant plantation
    ◦ Semis d’engrais verts à l’automne. Roulage au printemps sur la zone de passage du tracteur.
    Broyage et enfouissement des engrais verts sur les lignes de plantation de la pépinière.
  • Gestion des maladies :
    ◦ Protection contre le mildiou, l’oidium et le black rot avec du cuivre, du souffre et des tisanes
    ◦ + trouver une photo de pépinière

A L’ATELIER

12 essais (paraffinage, traitement du talon)

  • Emploi d’une cire utilisable en agriculture biologique :

Trempage du talon des boutures dans du lombricompst pour remplacer l’hormonage.

CONCLUSION

Depuis plus de vingt ans différentes structures ont travaillé le thème de la production de plants de vigne
bio (GRAB, Nature et progrès, IFV, Chambre d’Agriculture, syndicat des pépiniéristes, FNAB). La nouvelle réglementation oblige désormais les viticulteurs Bio à planter des plants certifiés en Agriculture biologique, une dérogation permet d’utiliser des plants conventionnels jusqu’en 2035. A compter de cette date, chaque viticulteur bio devra se fournir en plant de vigne certifié bio.
Les partenaires du projet Pepvitibio sont répartis sur les différentes aires de productions françaises ce qui permet de bénéficier de chacune des spécificités régionales.
A la fin du projet, en 2025, nous espérons pouvoir fournir un guide des bonnes pratiques pour la
production de plants de vignes bio ainsi que des pistes de recherche complémentaires à étudier.

Chef de file: Garance Marcantoni, CA Var

Rédacteur: Paul Armel Salun, Bio Nouvelle Aquitaine

Laëtitia est aujourd’hui chargée d’expérimentations et de missions environnementales (à mi-temps). Elle gère divers partenariats avec les chambres d’agriculture, CTIFL, CRIIAM Sud, IFV et autres structures du monde agricole. Dans le cadre de ses missions, elle participe à de nombreuses actions telles que : la valorisation des déchets de pépinières viticoles, des expérimentations autour de la réduction des intrants, des actions pour le maintien de la biodiversité, la réalisation d’itinéraires techniques en vue de l’élaboration du futur cahier des charges de pépinières viticoles bio, le développement du partenariat du Plan National Dépérissement Vignoble (Grenache/R110), la gestion optimisée de la ressource en eau, la participation au GIEE couverts végétaux et agroforesterie et pédagogie au sein du campus.

Leave a Reply

*